Éclaircissage mécanique des pommiers : une option prometteuse pour les vergers de haute densité

Evelyne Barriault
Agronome spécialisée en viticulture et pomiculture
Direction régionale de Montérégie
Ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation

L’éclaircissage des pommiers est une étape importante de la production. Il consiste à retirer une certaine quantité de pommes de façon à maximiser la qualité des fruits et à stabiliser la récolte année après année. Les pommiers mal éclaircis donnent des fruits de petit calibre, moins colorés et moins goûteux. Ils ont aussi tendance à fructifier une année sur deux, ce qui, évidemment, n’est pas souhaitable dans une culture commerciale.

L’éclaircissage chimique des fruits est la méthode la plus utilisée au Québec et dans la majorité des pays producteurs de pommes.

Des traitements à base d’hormones végétales ou de carbaryl sont utilisés pour accentuer la tendance naturelle des arbres à réguler leur charge par des processus de chute physiologique des fruits. L’efficacité des traitements est soumise à plusieurs facteurs, dont les conditions météo, et doit être appuyée par un éclaircissage manuel, qui est une opération coûteuse au chapitre de la main-d’œuvre.

Dans un souci de production fruitière intégrée, bon nombre de pomiculteurs souhaitent réduire l’emploi du carbaryl, qui est toxique pour la faune auxiliaire. Bien qu’il ait un léger effet éclaircissant, c’est surtout pour sa faculté d’améliorer l’efficacité des produits à base d’hormone que le carbaryl est utilisé. L’éclaircissage sans carbaryl représente donc un défi considérable et nécessite une adaptation des méthodes qui sont utilisées habituellement. Les stratégies qui recourent à plusieurs méthodes selon les différents stades de développement des pommiers sont recommandées.

L’éclaircissage mécanique floral est une méthode alternative qui gagne de l’intérêt dans les vergers, puisqu’elle permet d’intervenir tôt, soit durant la floraison des pommiers.

La technique consiste à supprimer de façon aléatoire des fleurs individuelles ou des bouquets floraux entiers, à l’aide de fils de plastique montés sur un axe rotatif. Cette méthode ne convient toutefois pas à tous les vergers. Elle est particulièrement bien adaptée aux plantations de haute densité, où les arbres sont conduits en fuseaux étroits ou en mur fruitier. En effet, les fils ont une longueur de 60 centimètres et doivent pouvoir atteindre le centre des arbres, sans quoi ces derniers seront éclaircis seulement en périphérie. Les grosses branches et celles qui ont un angle inférieur à 60° par rapport au tronc doivent être éliminées pour éviter l’usure prématurée des fils, des bris aux arbres ou au système de palissage, en plus d’une mauvaise efficacité d’éclaircissage.

Le stade optimal pour effectuer un traitement d’éclaircissage mécanique correspond au moment où la fleur centrale et deux ou trois autres fleurs sont ouvertes. Les variétés dont les fleurs s’ouvrent l’une après l’autre dans le bouquet, plutôt que simultanément (en même temps), sont particulièrement propices à l’éclaircissage mécanique floral. La vitesse d’avancement du tracteur et celle de la rotation des fils doivent être ajustées en fonction de l’intensité de la floraison et de la configuration du verger. C’est pourquoi, avant d’entreprendre l’éclaircissage mécanique d’une parcelle, il est recommandé de faire des essais sur de petites superficies. Des vitesses de 6 à 8 km/h pour l’avancement du tracteur et de 200 à 240 tours par minute pour la rotation des fils sont souvent utilisées et constituent un bon point de départ.

Des essais réalisés au Québec et ailleurs dans le monde ont démontré que l’éclaircissage mécanique floral permet de réduire les intrants chimiques et les coûts de main-d’œuvre associés à l’éclaircissage, dans les vergers de pommiers nains.

Certains auteurs ont soulevé une inquiétude quant au risque de propagation de la brûlure bactérienne. Bien que ces risques ne semblent pas compromettre l’usage de la technique, l’adoption des bonnes pratiques de gestion contre cette maladie est de rigueur comme dans toutes les autres parcelles de verger. D’autres essais devront être menés pour optimiser la technique et pour répondre à certaines questions qui subsistent.

Pour en savoir plus, on peut consulter la fiche technique sur l’éclaircissage mécanique des pommiers publiée dans le site Internet d’Agri-Réseau.


Photo : Évelyne Barriault, MAPAQ

 

Texte intégral : journal Gestion et technologie agricoles (GTA), 9 mai 2019

 
Ne pas remplir ce champs

Dernière mise à jour : 2019-05-21

Menu de bas de page

Aller au Portail du gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2023