Une « escouade arrachage » pour éviter la propagation de l’une des pires mauvaises herbes résistantes aux herbicides!

Stéphanie Mathieu, agronome, conseillère en grandes cultures
Direction régionale de la Montérégie
Ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation

L’amarante tuberculée, connue comme l’une des mauvaises herbes les plus menaçantes aux États-Unis, a été trouvée pour la première fois au Québec, à l’automne 2017, dans la région de la Montérégie-Ouest. Cette espèce prolifique peut produire de 35 000 à 4 800 000 graines par plant annuellement et elle a en plus la capacité d’acquérir facilement des gènes de résistance aux herbicides. En effet, des populations résistantes aux herbicides des groupes 2, 5, 9 et 14 ont été trouvées en Ontario, alors qu’aux États-Unis des populations résistantes aux groupes 2, 4, 5, 9, 14 et 27 ont été identifiées. Au Québec, jusqu’à présent, une seule population a été dépistée et elle se révèle résistante au glyphosate, aux herbicides du groupe 5 (atrazine) et aux herbicides du groupe 2 (imazéthapyr). La résistance au glyphosate est très préoccupante, puisqu’il s’agit de l’herbicide le plus vendu au Québec et que de nombreux producteurs l’utilisent toujours seul.

Nous savons qu’il y a plusieurs moyens de lutte contre les mauvaises herbes résistantes, comme la rotation des groupes d’herbicides, la rotation des cultures, le contrôle mécanique, etc. Associé à ces bonnes pratiques, l’arrachage manuel est un moyen efficace d’éviter la propagation des mauvaises herbes en début d’infestation. Voilà pourquoi le MAPAQ a mis en branle le projet d’une « escouade arrachage », en collaboration avec le Groupe Pleine Terre, en vue de venir en aide aux quelques producteurs aux prises avec cette mauvaise herbe.

L’objectif poursuivi est d’éviter la prolifération de l’amarante tuberculée, où qu’elle puisse se trouver. Pour ce faire, les champs situés dans les zones à risque sont dépistés et les plants arrachés, s’ils sont retrouvés. Un soutien agronomique est également offert aux producteurs visés afin de revoir les bonnes pratiques en matière de biosécurité et de choisir les méthodes de lutte les mieux adaptées à l’entreprise pour contrôler cette mauvaise herbe.

Si votre entreprise est située en Montérégie et que vous soupçonnez la présence de l’amarante tuberculée dans vos champs, vous pourriez prendre part à ce projet. L’aide offerte est tout à fait gratuite, alors que l’information obtenue demeurera tout à fait confidentielle. Notez que cette mauvaise herbe n’est soumise à aucune réglementation.

Nous vous invitons à communiquer avec le conseiller en grandes cultures du MAPAQ de votre région, soit M. Yvan Faucher pour le secteur Est de la Montérégie et Mme Stéphanie Mathieu pour le secteur Ouest.

Pour plus d’information sur l’amarante tuberculée, consultez la Fiche technique : Amarante tuberculée, Agri-Réseau



Plant d'amarante tuberculée
Photo : Stéphanie Mathieu, agronome MAPAQ



Plantule d'amarante tuberculée
Photo : Stéphanie Mathieu, agronome MAPAQ


Texte intégral : journal Gestion et technologie agricoles (GTA), 11 juillet 2019

 
Ne pas remplir ce champs

Dernière mise à jour : 2019-07-19

Menu de bas de page

Aller au Portail du gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2024