Croissance importante du nombre d'exploitations agricoles en Abitibi-Témiscamingue en 2020​

Par Mathieu Laplante
Conseiller régional en relève, agronome​ en économie et en gestion

Force est de constater que le vent tourne dans la région et que l'agriculture retrouve tranquillement ses lettres de noblesse. Bien que l'entrepreneuriat agricole comporte son lot de défis, on lui associe aussi un grand nombre de possibilités. Certaines d'entre elles ont d'ailleurs été mises en évidence durant la pandémie, notamment en ce qui a trait à la mise en marché de proximité.

Depuis quelques années, les modèles de fermes se multiplient dans nos campagnes et la relève est présente et motivée. Les nouveaux exploitants s'établissent dans les quatre coins de la région et appartiennent à tous les groupes d'âge. Ensemble, ils font valoir le potentiel d'un vaste territoire, potentiel qui s'était temporairement camouflé derrière les friches au fils des ans.

En 2020, l'Abitibi-Témiscamingue a enregistré un nombre record de nouvelles exploitations, soit 39 en date du 1er décembre. Toutefois, 11 exploitants ​ont également cessé leurs activités durant la même période, ce qui se traduit par une croissance nette de 28 exploitations. Il s'agit tout de même d'une augmentation considérable de 5 % par rapport à 2019.

Les exploitants

En 2020, parmi les nouveaux exploitants enregistrés établis sur le territoire témiscabitibien, 65 % étaient des hommes. Toutefois, près de 50 % des nouvelles entreprises étaient exploitées ou coexploitées par des femmes. À titre comparatif, en date du 31 décembre 2019, les hommes constituaient 70 % des exploitants enregistrés et les femmes, 30 %. Ainsi, la gent féminine prend de plus en plus sa place dans le paysage agricole régional.

L'âge moyen des nouveaux exploitants était de 41 ans, alors que l'âge médian était de 38 ans. Cette dernière information indique que 50 % des exploitants récemment enregistrés avaient moins de 38 ans au moment de se lancer en affaires.

Les productions

Le nombre d'exploitations agricoles a augmenté dans toutes les municipalités régionales de comté (MRC) en 2020 et ces entreprises mettaient en valeur près de 4 200 hectares, dont un peu plus de la moitié est en location. Par ailleurs, lors de l'enregistrement de leur exploitation, aucun exploitant n'avait obtenu la certification biologique pour les produits.

À l'instar de 2019, ce sont les MRC de Témiscamingue et d'Abitibi-Ouest qui ont accueilli le plus grand nombre d'entreprises. Toutefois, selon l'importance relative, ce sont les MRC de La Vallée-de-l'Or et de Rouyn-Noranda qui ont montré les croissances les plus marquées. D'ailleurs, cette dernière est la seule MRC dont le nombre d'exploitations agricoles est plus élevé en 2020 qu'en 2012 [1]. Toutefois, au rythme d'expansion des deux dernières années, il est bien possible que les autres MRC enregistrent le même résultat positif dès 2021! Le tableau 1 rend compte de l'évolution du nombre d'exploitations dans les cinq MRC de la région.

Tableau 1. Évolution du nombre d'exploitations agricoles en 2020 par MRC

MRC​ Exploitations au 1er janvier 2020 Exploitations enregistrées Exploitations ayant cessé leurs activités Exploitations au 1er décembre 2020
Témiscamingue222165233
Abitibi-Ouest148103155
Abitibi11372118
Rouyn-Noranda474150
La Vallée-de-l'Or222024
Total5523911580
Les tendances de production observées en 2019 se confirment en 2020 ​[2]. Selon l'ordre d'importance, les grandes cultures, l'horticulture maraîchère et fruitière et la production de veaux d'embouche sont les secteurs qui ont accueilli le plus de nouveaux exploitants. Le tableau 2 détaille les nouvelles exploitations par production principale. Il faut noter que 11 entreprises parmi les 39 enregistrées ont aussi indiqué avoir des productions secondaires.

Tableau 2. Production principale des exploitations agricoles enregistrées en 2020

​​​Productions principales Nouvelles exploitations en 2020
Grandes cultures13
Horticulture maraîchère et fruitière7
Production bovine7
Fourrage5
Productions animales diversifiées4
Acériculture2
Apiculture1
Total39
Le poids relatif des différentes productions est en mouvance et le phénomène n'est pas propre à l'Abitibi-Témiscamingue. Par exemple, alors qu'elles étaient historiquement plutôt marginales dans la région, les productions horticoles ont désormais le vent dans les voiles. En contrepartie, on observe une diminution du nombre d'entreprises laitières dans les dernières années, bien que le volume de lait produit soit demeuré relativement constant depuis cinq ans.

La mise en marché et la transformation

Enfin, un peu moins du tiers des nouveaux exploitants ont indiqué vendre en partie ou en totalité les fruits de leur travail directement aux consommateurs, en mettant à profit les divers canaux de distribution, comme la vente à la ferme, les marchés publics ou encore les médias sociaux. Seulement trois d'entre eux ont indiqué valoriser une partie de leur production par la transformation.
Bon succès aux nouvelles entrepreneures et aux nouveaux entrepreneurs

[1]. Portrait bio​alimentaire de l'Abitibi-T​émiscamingue​ 


 
Ne pas remplir ce champs

Dernière mise à jour : 2021-08-24

Menu de bas de page

Aller au Portail du gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2021