Dehors, les vaches!

À quel moment doit-on sortir les vaches au pâturage pour la première fois, au printemps? Peut-être ne le saviez-vous pas, mais le choix de cette date a un impact majeur sur le succès de vos pâturages.

La première sortie au pâturage

Un repère facile : il est préférable d’envoyer les vaches dehors quand la pelouse est prête à être coupée. Les pâturages sont alors peu garnis, mais on diminue les risques d’indigestion et la transition est plus facile. Pour compléter l’alimentation des bêtes, on leur donne accès à du foin sec ou demi-sec, le même que celui qu’elles ont consommé dans les jours précédant la paissance.

C’est certain que les clôtures doivent déjà être en place. Il faut privilégier les tiges de métal rondes coupées aux 4 pieds (celles qu’on fixe dans le ciment), car elles s’installent facilement. On les enfonce aisément dans le sol en frappant sur la tige de fer avec un bout de tuyau de métal fermé au bout. Vous n’avez donc pas besoin de la masse à clôture. Il faut aussi opter pour des isolateurs faciles à installer ; ils coûtent un peu plus cher, mais ils durent longtemps.

Manquer sa sortie…

Et qu’est-ce qui se passe si on retarde la sortie des vaches jusqu’à ce que le foin soit au niveau des genoux, vers la fin mai ou le début juin? À cette période, les plantes fourragères poussent rapidement. Comme la parcelle sera très garnie en foin, vous laisserez les vaches y paître pendant au moins une semaine. Dans la deuxième parcelle, il y aura encore plus de foin, ce qui nécessitera une autre semaine de broutage. Enfin, pour ce qui est de la troisième parcelle, les tiges des graminées commenceront à se rigidifier et les vaches brouteront les feuilles autour de celles-ci. Voilà la recette pour occasionner des refus, plus tard dans l’été. Les autres tiges seront écrasées au sol, puis elles pourriront et se décomposeront.

Mais que faire pour la quatrième parcelle qui est beaucoup trop avancée? Vous êtes dans vos foins, alors vous avez bien d’autres chats à fouetter que de vous mettre à la place de vos vaches. Vous la faites paître, mais cette quatrième parcelle est déjà au stade d’épiaison, alors la consommation fourragère des vaches diminuera, tout comme leur production laitière et le gain de poids des veaux.

Vous le constaterez à la prochaine rotation de paissance : comme plusieurs tiges ont été écrasées au sol lors de la première rotation, les vaches brouteront un peu plus haut afin de ne pas mettre leur museau dans les feuilles qui ont pourrit, comme elles goûtent et sentent mauvais. Ainsi, le rendement diminue dès la première paissance et s’ensuit un effet domino sur toutes les autres paissances.

Mais que faire pour éviter un tel enchaînement?

La séquence à suivre​

Lors de la première sortie au pâturage, comme il y a peu d’herbe au champ, c’est le temps d’habituer le rumen des vaches au changement d’alimentation fourragère. Puis, après seulement 3 à 4 jours, il faut que les vaches puissent brouter une nouvelle parcelle. Il ne faut pas s’en faire si elles n’ont pas broutées certaines plantes, puisqu’elles retourneront dans cette parcelle dans moins de 18 jours. Par la suite, il faut que les vaches aient accès à une troisième parcelle ayant un très bon rendement fourrager, comme elles sont maintenant habituées à l’herbe verte. Il ne faut pas les laisser brouter plus de 5 jours.

Après une quinzaine de jours de paissance au total, il faut surveiller de près la première parcelle broutée : on y retourne les vaches dès que l’herbe atteint environ 20 centimètres. Il faut aussi surveiller les parcelles à faucher. Dès que la hauteur de l’herbe permet de recourir à une faux mécanique, on fauche! Par le fait même, on met à l’essai notre machinerie à foin. Il importe de toujours commencer la première coupe de foin dans les parcelles de pâturage en surplus pour obtenir une repousse bien feuillue.

On revient donc à la case départ : il faut sortir les vaches très tôt au pâturage pour ne pas diminuer la consommation fourragère pour les autres paissances. Par ailleurs, si vous sortez vite vos vaches au printemps, il y aura très peu de refus et vous n’aurez pas à faucher vos parcelles durant l’été. En plus, les vaches seront vraiment heureuses de brouter de la bonne herbe tout l’été, tout comme les veaux!

France Bélanger, agronome

 
Ne pas remplir ce champs

Dernière mise à jour : 2021-12-10

Menu de bas de page

Aller au Portail du gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2024