Savoir tirer profit des cultures intercalaires

Louis Robert, agr. M.Sc.
Conseiller en grandes cultures
MAPAQ Montérégie


Semer des cultures de couverture intercalaires, c’est bien. En tirer profit, c’est mieux! On remarque que de plus en plus de producteurs agricoles de la Montérégie ont adopté cette pratique aux multiples vertus potentielles. Toutefois, seulement une minorité en tire des bénéfices concrets, tels que :

  • réduire les besoins en engrais, surtout dans le cas de légumineuses (trèfles, pois,
          vesces, etc.)
  • réduire la pression des mauvaises herbes et des maladies
  • réduire le besoin de travailler le sol
  • améliorer la santé des sols
  • protéger les sols contre l’érosion.

Pour obtenir des bénéfices, on doit au préalable faire le choix d’une espèce compatible avec les autres cultures et semée au moment approprié de la rotation. Prenons l’exemple d’une rotation maïs-soya-blé d’automne. En semant du trèfle rouge ou incarnat au tallage du blé d’automne, on pourra réduire par la suite d’au moins 60 kg N/ha la fertilisation du maïs. De même, on n’aura besoin que d’un seul traitement d’herbicides au lieu de deux. Et enfin, si on sème le maïs directement dans les résidus de trèfle (mort à l’hiver ou détruit au printemps), ces résidus produiront un lit de semence dont la structure est idéale.

Le grand défi de l’utilisation des cultures intercalaires est donc la planification. Si le producteur de l’exemple précédent fixait son choix sur l’implantation de ray-grass entre les rangs de maïs, il ne pourrait dès lors plus compter sur beaucoup d’avantages tangibles. Le ray-grass, une graminée, ne permet pas de réduire les besoins en azote de la culture suivante qui, de toutes façons, sera certainement le soya. Pourtant, un exemple comme celui-là demeure un scénario très populaire parmi les producteurs qui en sont à leurs premières armes avec les cultures de couverture.

Le choix d’une espèce appropriée qui est implantée au bon moment est donc essentiel. Il faut toutefois aussi changer les pratiques culturales. Si on ne le fait pas, on passe à côté d’une bonne affaire. C’est le cas assez courant des producteurs ayant réussi une belle implantation de trèfle en intercalaire dans le blé, mais qui n’ont pas abaissé par la suite leur dose d’azote pour la culture du maïs. Non seulement ils manquent ainsi une occasion de réduire d’au moins 75 $/ha leur coût de production, mais ils accroissent aussi le risque de rejeter en excès une quantité d’azote dans l’environnement.

Comment ajuster ses façons de faire et obtenir des gains avec des cultures intercalaires? Plusieurs outils sont disponibles : les analyses de nitrates dans le sol et le service agronomique de dépistage des adventices (« mauvaises herbes ») en sont des exemples parmi les plus efficaces.

Des vitrines de démonstration pour le blé d’automne et le trèfle intercalaire

Le semis au printemps de trèfle intercalaire dans un blé d’automne (jusqu’au stade de tallage) apporte de nombreux bénéfices pour les entreprises de grandes cultures. Pour promouvoir ces façons de faire, l’Institut de recherche et de développement en agroenvironnement (IRDA), en collaboration avec le MAPAQ et les clubs-conseils en agroenvironnement, a mis sur pied un vaste réseau de 17 vitrines de démonstration réparties dans huit régions du Québec pour les années 2016 et 2017.

En 2016, le trèfle a été implanté en bandes sur de grandes superficies dans des champs de blé. Cette saison 2017, on constate et on mesure les bénéfices agronomiques. La moitié des vitrines mettent de l’avant l’effet sur les besoins en azote du maïs (à l’aide de doses croissantes) et pour l’autre moitié, on met l’emphase sur la réduction de la pression des adventices.

En Montérégie, trois entreprises participent à ces vitrines : Les Entreprises E.M.B. SENC (Ange-Gardien) pour le volet réduction des herbicides ainsi que la Ferme Lochette (Mont Saint-Grégoire) et la Ferme Bogemans (Saint-Sébastien) pour le volet réduction de l’azote.

Sincères remerciements à : Martin Bonvouloir, Audrey Bogemans et Alexis Waridel, producteurs; Simon Lacombe et Carl Bérubé, agronomes; Marie-Ève Tremblay, professionnelle de recherche et Marc-Olivier Gasser, chercheur, IRDA.


Ressources
Vous trouverez sur le portail web du MAPAQ Montérégie une foule d’informations bien vulgarisées au sujet des cultures de couverture.

 

 

Maïs sur retour de blé d’automne avec trèfle intercalaire. La culture n’a eu besoin qu’un seul traitement d’herbicides au lieu de deux. On remarque sur la photo une faible pression des adventices. (Photo prise le 5 juillet 2017 à L’Ange-Gardien)


Texte intégral : journal Gestion et technologie agricoles (GTA), 24 août 2017

 
Ne pas remplir ce champs

Dernière mise à jour : 2018-01-30

Menu de bas de page

Aller au Portail du gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2019