Le bilan des réalisations met en valeur les actions accomplies par l’équipe de la Direction régionale de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine. Ces actions découlent de la mise en œuvre du Plan stratégique 2015-2018 du MAPAQ et du plan d’action annuel de la Direction régionale. Elles visent à assurer la réalisation de la mission du Ministère.

Le MAPAQ est une organisation qui est reconnue pour son expertise, pour l’appui qu’elle apporte aux entrepreneurs du secteur bioalimentaire et pour son attention à l’égard des attentes des consommateurs et des citoyens.

L’équipe de la Direction régionale se compose de 12 personnes qui exercent leurs fonctions à Cap-aux-Meules, à Caplan et à Grande-Rivière et qui s’emploient quotidiennement à servir la clientèle.

 Champ de fraises à Carleton-sur-Mer
 Photo : Emmanuelle Bois, MAPAQ

Bref portrait de la région

La région de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine est constituée de cinq municipalités régionales de comté (MRC) en Gaspésie et de la Communauté maritime des Îles-de-la-Madeleine.

Du 1er avril 2017 au 31 mars 2018, les 245 entreprises agricoles et agroalimentaires de la région enregistrées au MAPAQ ont généré des revenus bruts totaux de 27 051 067 $.

Au chapitre des revenus, voici les productions qui se distinguent le plus :

Animaux

  • Bovins laitiers
  • Bovins de boucherie
  • Ovins.

Végétaux

  • Acériculture
  • Horticulture ornementale
  • Pommes de terre. 

Nous vous invitons à parcourir le profil de la région pour y découvrir les occasions d’affaires, les tendances du secteur agroalimentaire, de même que les données statistiques propres à chacune des MRC.

Aide financière versée en 2017-2018 dans la région

Le Ministère a engagé une somme de 10 115 372 $ dans la région par l’entremise des programmes d’aide financière qu’il met en œuvre.

Agroenvironnement
 Entreposage des fumiers  22 259 $
 Amélioration de la qualité de l’eau  17 536 $
Services-conseils  83 216 $
 Phytoprotection  27 838 $
 Total  150 849 $
 Développement économique du secteur bioalimentaire 
 Services-conseils  182 475 $
 Appui à la relève et à l'établissement  6 852 $
 Essai et innovation en agriculture  4 800 $
 Appui au secteur biologique  30 199 $
 Soutien aux investissements en bien-être animal et d’efficacité énergétique  1 934 $
Amélioration de la santé animale  198 802 $
 Appui financier aux entreprises de transformation alimentaire  188 075 $
 Appui au développement de partenariats d'affaires  115 167 $
 Programme de développement du secteur agroalimentaire (PDSA)  222 073 $
 Total  950 377 $
 Orientation du développement 
 Appui à la concertation  93 000 $
 Appui aux initiatives  34 647 $
 Total  127 647 $
Mise en valeur du territoire ainsi que des produits et des activités agricoles
 Appui à la valorisation de l'agroalimentaire  20 000 $
 Aliments du Québec: toujours le bon choix!  35 844 $
 Total  55 844 $
Dossiers horizontaux ou ponctuels
Programme de crédit de taxes foncières agricoles  302 555 $
 Autres mesures  500 $
 Total  303 055 $
Pêches et aquacultures commerciales
Total 8 527 601 $
 Total général de l'aide  10 115 372 $

Dans la région, de nombreuses entreprises diversifient leurs activités ou ajoutent de la valeur à leurs produits; en voici quelques exemples : 

  • 19 entreprises organisent des activités agrotouristiques à la ferme
  • 21 proposent l’autocueillette
  • 81 tiennent un kiosque à la ferme
  • 31 vendent leurs produits dans les marchés publics
  • 28 entreprises agricoles ont des produits certifiés biologiques et 4 sont en voie d’obtenir une certification
  • 32 déclarent effectuer des activités de transformation alimentaire
  • 11 vendent des paniers de légumes.

La section « Savourez la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine » du portail régional vous permettra de découvrir les entreprises qui offrent ces activités ou ces produits.

Les lignes qui suivent mettent en relief les diverses formes que prend la contribution du Ministère au développement économique du secteur bioalimentaire de la région.

Un programme régional favorisant le développement économique

Des plans d'actions régionaux pour le développement des productions animales et de l'agriculture biologique

Une variété d'activités au bénéfice des entreprises

Des mesures de protection contre les déprédations des cultures horticoles par les cervidés

Des interventions en agroenvironnement

Des produits bioalimentaires maintenant accessibles à l'extérieur de la région

Des initiatives de promotion pour mettre en valeur les produits bioalimentaires de la région

Une augmentation de l'utilisation des services-conseils en transformation alimentaire

L'agriculture autrement, pourquoi pas!

L'accès à un diplôme d'études professionnelles en productions animales

Les planifications stratégiques du secteur agroalimentaire

Un engagement dans une entente sectorielle pour le maintien d'un service d'abattage aux Îles-de-la-Madeleine

Les MRC de la Gaspésie se dotent de plans de développement du secteur agricole 

 Fromage féta Natibo, vin de rhubarbe Léa, bière Aronia Auval  Cocottes de houblon  Chocolats en forme de botte du Père Noël
Photo : Gaspésie Gourmande  Photo : Ferme du Ruisseau Vert  Photo : Couleur Chocolat

Un programme régional favorisant le développement économique

Issu d’ententes sectorielles, le Programme de développement du secteur agroalimentaire (PDSA) de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine a été lancé au mois de février 2014. Après avoir été renouvelé en 2016, il a pris fin en septembre 2017 en raison de l’épuisement du fonds régional de 1 350 000 $. Le MAPAQ administre ce programme. Il recommande les projets au comité directeur de l’entente dont il fait partie et qui est composé des représentants des MRC de la région, de Gaspésie Gourmande et du ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du Territoire.

Le PDSA se composait de trois volets correspondant aux priorités fixées pour la région : développement de la rentabilité et de la pérennité des entreprises; soutien à l’établissement de la relève; soutien aux nouveaux modèles d’entreprises. Depuis la mise sur pied du programme, 104 projets ont été développés et mis à exécution par des entreprises ou des organismes. La réalisation de tous ces projets se terminera au plus tard le 31 mars 2019.

Notons que 16 projets ont été acceptés en 2017-2018. Ils comportent des investissements de 1 672 163 $ et les engagements financiers totalisent 551 280 $. Ainsi, en 2018, chaque dollar provenant du PDSA entraîne un effet de levier de 3,03 $ dans la région, sans compter les emplois créés et consolidés.

Des plans d'actions régionaux pour le développement des productions animales et de l'agriculture biologique

Dans le but de favoriser l’établissement de nouvelles entreprises et d’augmenter les activités agricoles, une chargée de projet a été embauchée pour une période de 18 mois par la Fédération de l'UPA grâce au soutien financier du PDSA.

En matière de productions animales, quatre rencontres de consultation ont eu lieu dans les MRC de la Gaspésie en vue de faciliter les relations avec les entreprises agricoles. De plus, une activité à la ferme a permis de rapprocher les producteurs, alors qu’un groupe de discussion à l’œuvre sur les réseaux sociaux facilite la communication au quotidien.

Pour dynamiser le développement de la production biologique, un forum intitulé Il fait de plus en plus BIO en Gaspésie a été organisé le 21 novembre 2017. Cette rencontre a rassemblé 25 producteurs et personnes-ressources qui ont proposé près d’une soixantaine d’idées ou d’actions à mettre en œuvre. Depuis, l’association Agriculture biologique Gaspésie s'est donné un nouveau conseil d'administration et s’est dotée d’un plan d’action pour les années à venir.

Voici un bref portrait de l’agriculture biologique dans la région :

  • La région compte 28 entreprises agricoles ayant des produits certifiés. Ce nombre est en constante progression.
  • Les entreprises qui bénéficient d’une certification biologique tirent des revenus agricoles bruts de plus de 5 600 000 $.
  • Quatre entreprises agricoles sont en voie de conversion vers la production biologique.
  • Quatre entreprises de transformation alimentaire fabriquent des produits biologiques : choucroute, confitures, hydromel, jus, pesto, etc.
  • Grâce au Programme d’appui pour la conversion à l’agriculture biologique, six entreprises ont bénéficié d’une aide financière de 24 562 $. Le volet 1 de ce programme soutient les entreprises qui désirent reconvertir des unités de production végétale, acéricole ou apicole.
  • De nouveaux services-conseils de nature technique ont été offerts aux entreprises ayant une certification ou en voie d’en obtenir une. Ces services concernaient, entre autres choses, le suivi au champ et le dépistage de ravageurs.

Une variété d'activités au bénéfice des entreprises

Ce sont 241 personnes — propriétaires et employés d’entreprises, personnes-ressources ou spécialistes — qui ont pris part aux 11 activités de transfert de connaissances organisées par le MAPAQ seul ou en collaboration avec des partenaires. Les sujets abordés touchaient de nombreux aspects de la régie et de la gestion : utilisation de l’eau, acériculture, production bovine, culture de la camerise, industrie agrotouristique, kiosque à la ferme, etc.

Ces activités ont eu lieu à la ferme ou en salle. Trois d’entre elles ont mis à profit les technologies de la visioconférence ou de la webdiffusion, ce qui a suscité une plus grande participation.

Des mesures de protection contre les déprédations des cultures horticoles par les cervidés

Mis en route en 2015, ce projet collectif a soutenu 14 entreprises horticoles aux prises avec un problème de déprédation des cultures par les cervidés. Les exploitants des MRC d’Avignon et de Bonaventure sont principalement touchés par ces difficultés. En 2017-2018, près de 12 000 $ leur ont été versés pour munir leurs exploitations de clôtures.

Des interventions en agroenvironnement

Le programme Prime-Vert aide les exploitations agricoles à relever les défis que pose la protection de l’environnement, un des éléments fondamentaux du développement durable. Dix entreprises agricoles de la région ont bénéficié d'un soutien financier en 2017-2018 pour l’achat d’un équipement réduisant les risques liés à l’utilisation des pesticides.

Des produits bioalimentaires maintenant accessibles à l'extérieur de la région

La « Gamme Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine » est le résultat d’une initiative conjointe de GÎMXPORT, de Gaspésie Gourmande et de l’association Le Bon Goût frais des Îles de la Madeleine. Financé en partie par le programme Levier pour la première année, le projet d’une durée de trois ans porte sur l’accès aux marchés des produits bioalimentaires inscrits au catalogue de la « Gamme » et en facilite la commercialisation. Deux représentants à l’œuvre à Montréal et à Québec développent ces marchés, tandis que la logistique de l’approvisionnement est assurée par une troisième personne travaillant en région. Des initiatives de promotion pour mettre en valeur les produits bioalimentaires de la région.

 Paysage côtier des Îles-de-la-Madeleine
 Photo : Nigel Quinn

Des initiatives de promotion pour mettre en valeur les produits bioalimentaires de la région

Encore cette année, le Ministère a soutenu la réalisation de sept projets de mise en valeur des produits bioalimentaires gaspésiens et madelinots en y engageant une somme de 35 844 $. Il s’agit des marchés publics de Cap-aux-Meules, de New Richmond et du festival La Virée à Carleton-sur-Mer, du « Tour gourmand » de Gaspésie Gourmande et de trois initiatives de l’association Le Bon Goût frais des Îles de la Madeleine, soit l’établissement d’un « répertoire gourmand », une campagne d’achat local et le « Défi 100 % local ».

Toutes ces activités mettent en valeur le savoir-faire gaspésien et madelinot au profit des entreprises agricoles et agroalimentaires.

Une augmentation de l'utilisation des services-conseils en transformation alimentaire

Six entreprises de transformation alimentaire ont tiré parti des services-conseils pour développer de nouveaux produits, améliorer des procédés de fabrication ou définir leurs besoins en matière d’installation, d’équipement ou de matériel.

Le Ministère a accompagné huit entreprises de transformation alimentaire dans leurs efforts de développement de marchés. Les diverses actions mises en œuvre à cet égard sont en phase avec les besoins des entreprises et les étapes de leurs démarches.

L'agriculture autrement, pourquoi pas!

Le Ministère a soutenu financièrement le projet L’agriculture autrement, pourquoi pas! et il y a également participé. Ce projet consistait en l’étude des façons de faire différentes, innovatrices et attrayantes de pratiquer l’agriculture. Les modèles mis en évidence contribueront à faciliter le démarrage et l’exploitation d’une entreprise agricole. Le comité relève et établissement de Gaspésie Gourmande a supervisé le déroulement du projet pour lequel une personne-ressource a été embauchée pour réaliser la recherche-action et rédiger un rapport. Les résultats seront publiés au cours de la prochaine année.

L'accès à un diplôme d'études professionnelles en productions animales

Cinq producteurs ont eu la possibilité de suivre le programme de formation en productions animales qui était accessible en ligne et offert par le Centre de formation agricole de Saint-Anselme, en collaboration avec le Collectif en formation agricole Gaspésie–Les Îles, Emploi Québec et le MAPAQ. Le formateur se déplaçait en région pour les examens pratiques. Deux étudiants ont déjà terminé leur formation et ont reçu leur diplôme.

Non seulement s’engager et étudier pour obtenir ce diplôme leur a permis de compléter et de consolider leurs connaissances, mais cela leur donne accès aujourd’hui aux différents programmes de soutien financier de La Financière agricole du Québec et du MAPAQ. Une nouvelle cohorte d’étudiants entreprendra la formation à l’automne 2018.

Les planifications stratégiques du secteur agroalimentaire

Deux organismes sont chargés d’établir les planifications stratégiques du secteur agroalimentaire. Les comités de travail de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine se sont réunis à maintes reprises pour mener à bien cette tâche importante à laquelle le Ministère a contribué activement.

Le Bon Goût frais des Îles de la Madeleine a déposé la nouvelle planification relative aux Îles-de-la-Madeleine pour la période de 2017 à 2022. Elle comporte cinq enjeux :

  • Pérennité et dynamisme du secteur et des entreprises agroalimentaires
  • Pénétration des produits madelinots sur les marchés
  • Renforcement des liens entre la communauté et le secteur agroalimentaire
  • Soutien aux entrepreneurs et développement de la main-d’œuvre
  • Cohésion du secteur et collaboration intersectorielle.

Quant à l’association Gaspésie Gourmande, elle a déposé un plan d’action d’une durée de deux ans et poursuivra ses travaux de planification au début de l’année 2018. Les enjeux mis en avant pour la Gaspésie sont les suivants :

  • Performance des entreprises
  • Accès aux marchés
  • Vitalité de la filière agroalimentaire
  • Accroissement et diversification des activités agroalimentaires
  • Reconnaissance de la contribution du secteur agroalimentaire à l’occupation et à la vitalité des territoires.

 Poules dans un poulailler  Fleurs oranges
 Photo : Joël Arseneau  Photo : Emmanuelle Bois

Un engagement dans une entente sectorielle pour le maintien d'un service d'abattage aux Îles-de-la-Madeleine

L’abattoir de type A-1 est le seul en activité aux Îles et il s’agit d’un maillon essentiel pour l’ensemble de la filière animale de l’archipel. Une entente sectorielle est intervenue entre le Ministère, la Municipalité des Îles-de-la-Madeleine, la Fédération de l’UPA de la Gaspésie–Les Îles, le Syndicat local de l’UPA Îles-de-la-Madeleine et la Coopérative de solidarité en production animale des Îles-de-la-Madeleine. Elle vise la poursuite du service d’abattage sur une période de trois ans.

L’entente permet notamment de maintenir et de développer les productions animales, de diversifier l’offre de produits agroalimentaires locaux et de mobiliser les acteurs du milieu autour d’un outil de développement essentiel.Les MRC de la Gaspésie se dotent de plans de développement du secteur agricole.

Les MRC de la Gaspésie se dotent de plans de développement du secteur agricole

Après avoir été accompagnées par le MAPAQ tout au long de leurs démarches, les MRC d’Avignon et de La Haute-Gaspésie ont adopté chacune leur plan de développement de la zone agricole (PDZA).

De plus, la MRC du Rocher-Percé prévoit établir un plan de développement de son territoire agricole au cours de la prochaine année et la MRC de Bonaventure est en voie de réviser son PDZA qui date de sept ans. Enfin, notons que la MRC de La Côte-de-Gaspé participe à la réalisation de l’un des 11 projets pilotes en agriculture urbaine que soutient le Ministère. 

Voir aussi

 
Ne pas remplir ce champs

Dernière mise à jour : 2018-09-20

Menu de bas de page

Aller au Portail du gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2019