L'union fait la force, surtout en agroenvironnement!

Bandes riveraines arbustives et arborescentes récemment aménagées à Saint-Boniface
Photo : Hélène Bernard, MAPAQ
En matière d’agroenvironnement, se regrouper entre voisins pour réaliser un projet comporte de nombreux avantages, tant pour les entreprises qui y participent, que pour le milieu où les actions sont mises en œuvre. À l’évidence, les actions combinées de producteurs agricoles voisins engendrent plus de retombées positives sur le plan environnemental que des actions individuelles dispersées sur le territoire. En fait, les entreprises qui s’engagent dans une approche collective associée au programme Prime-Verte et reconnue par le MAPAQ peuvent même profiter d’une bonification de 20 % de certaines aides financières.

Les entreprises de la Mauricie, avec le soutien de personnes-ressources versées en agroenvironnement, ont bien compris l’occasion qui leur est offerte. Déjà, quatre initiatives collectives reconnues par le Ministère sont en branle et quatre autres projets sont en préparation.

Parmi les initiatives déjà amorcées, citons l’association de trois entreprises de La Croche, en Haute-Mauricie, qui se sont regroupées pour acheter un semoir à semis direct (culture sans labour ni hersage). Cette acquisition est en phase avec leur volonté de diminuer la quantité de sédiments dans la rivière Croche. Le Groupe Lavi-Eau-Champ, qui a de l’expérience dans ce domaine, aide ces entreprises à atteindre leurs objectifs.

À Maskinongé, dans un secteur bien défini du bassin versant de la rivière l’Ormière, l’organisme AGIR Maskinongé (Association de la gestion intégrée de la rivière Maskinongé) coordonne les actions de huit entreprises. Conjuguant leurs efforts, celles-ci ont aménagé 7240 mètres de bandes riveraines arbustives et arborescentes pendant l’année 2014. Les haies de végétaux plantées en bordure de cours d’eau permettent de stabiliser les berges, d’abaisser la température de l’eau, d’attirer les oiseaux et les insectes et de créer une barrière entre le champ et l’eau.

À Saint-Paulin, sous la supervision du Groupe Envir-Eau-Sol, une dizaine d’entreprises agricoles se sont réunies dans le dessein de revitaliser l’écosystème du bassin versant du ruisseau Saint-Louis, qui est un important tributaire agricole de la rivière du Loup. En 2014, ces entreprises ont implanté 3180 mètres de bandes riveraines arbustives et arborescentes et ont aménagé 6 avaloirs comportant un bassin de sédimentation de même que 13 chutes enrochées; ces travaux avaient notamment pour objet d’améliorer la qualité de l’eau.

Finalement, à Saint-Boniface, le long de la rivière Blanche, avec l’aide précieuse du club agroenvironnemental du CDA, 4 entreprises ont aménagé quelque 7800 mètres de bandes riveraines arbustives et arborescentes. Toutes situées sur le chemin Saint-Onge, ces entreprises bénéficient d’une certification biologique ou sont en voie de l’obtenir ou opèrent une transition vers le mode de production biologique.

La mise en œuvre de ces projets, outre qu’elle donne la possibilité d’assurer la qualité de l’eau à long terme, dynamise le secteur agricole. Grâce à leur caractère collectif, ces projets auront des effets positifs et tangibles sur l’environnement. Ils auront pour résultat non seulement d’améliorer le paysage agricole, mais aussi de favoriser l’accroissement de la biodiversité. Définitivement, les efforts déployés par un groupe sont plus fructueux que l’effort individuel!

Hélène Bernard, ingénieure
Conseillère en agroenvironnement
Direction régionale de la Mauricie, MAPAQ

Date de diffusion : 30-09-14
 
Ne pas remplir ce champs

Dernière mise à jour : 2015-04-23

Menu de bas de page

Aller au Portail du gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2022