Marché institutionnel

Saviez-vous qu’en 2019 le marché québécois des services alimentaires pour le segment du marché institutionnel a engendré une estimation des ventes de plus de 2,3 milliards de dollars?

Les deux versants de ce marché : public et privé

Les entrepreneurs qui souhaitent percer ce marché doivent bien se renseigner sur les besoins et les exigences qui le caractérisent. Il faut savoir que le marché institutionnel se divise en deux grands secteurs.

Le marché des établissements publics comprend les achats alimentaires faits par l’un ou l’autre des gouvernements :

​1. Fédéral (armée, garde côtière, prisons fédérales, etc.);

2. ​Provincial :

  • ​Établissements de santé et de services sociaux (ex. : CISSS/CIUSSS);
  • Établissements d’enseignement primaire et secondaire;
  • Établissements d’enseignement postsecondaire (cégeps et universités);
  • Établissements de détention;
  • Services alimentaires des ministères et organismes publics;

3. Municipal (arénas, centres sportifs municipaux, etc.).

Le marché des établissements privés englobe les cafétérias d'entreprises et les salles à manger commerciales de différents lieux, par exemple :

  • les centres d'hébergement privés pour personnes âgées;
  • les établissements d'enseignement privés;
  • les centres de la petite enfance (qui sont des organismes sans but lucratif) et les garderies privées;
  • les transports (trains, bateaux de croisière, avions, etc.).​​

Pour une alimentation locale dans les institutions publiques​

La Stratégie nationale d’achat d’aliments québécois a pour objectif d’augmenter la part des aliments de chez nous achetés par les institutions publiques du Québec.

L’initiative vise dans un premier temps à ce que 85 % des 1310 établissements publics d’enseignement primaire, secondaire et postsecondaire ainsi que les établissements de santé et de services sociaux se fixent une cible d’achat d’aliments québécois d’ici 2023.

À terme, en 2025, la Stratégie vise à ce que près de 3000 institutions publiques du Québec se soient fixé une telle cible.

Les avantages de se fixer une cible d’achat

  • ​Encourager l’économie locale et entretenir des partenariats gagnants avec les fournisseurs;
  • S’approvisionner en produits de qualité qui répondent aux besoins et aux attentes de la clientèle;
  • Rayonner en tant qu’institution socialement responsable et devenir un vecteur de changement positif au sein de la société québécoise;
  • Contribuer au sentiment d’appartenance du personnel en développant des compétences en matière d’achat local et de traçabilité des aliments achetés.​

Comment se fixer une cible?

Deux options sont possibles :

1. Un nombre minimum de plats composés à partir d’aliments québécois
  • ​Un plat composé de 50 % ou plus d’aliments de provenance québécoise.
  • Le minimum pour se doter d’une cible est d’avoir au moins cinq plats composés à partir d’aliments québécois par menu cyclique sur une base annuelle.
  • Les plats doivent se conformer à l’une des catégories suivantes : entrée, plat principal, dessert, accompagnement ou collation. 
2. Une proportion d’aliments québécois dans les achats
  • ​La cible est axée sur la part en pourcentage des approvisionnements québécois sur les approvisionnements totaux annuels.
  • Les boissons (jus, alcools, cafés, boissons gazeuses, etc.) sont comptabilisées.

Qu’entend-on par aliment québécois?

Un aliment québécois est un aliment ayant été cultivé, élevé ou pêché au Québec ou un aliment ayant subi une transformation de sa nature au Québec par une entreprise étant elle-même considérée comme québécoise, c’est-à-dire exerçant ses activités dans un établissement situé sur le territoire québécois.

Mesures de soutien

La stratégie comprend de nombreuses mesures pour favoriser l’achat d’aliments québécois et pour aider les institutions à se fixer une cible.

Voici les principales :

Outils pour établir une cible d’achat d’aliments québécois

Différents outils peuvent soutenir les gestionnaires de services alimentaires des institutions publiques québécoises pour établir leur cible d’achat et pour mobiliser leurs équipes :

Répertoire des aliments québécois

Le MAPAQ soutient le développement du Répertoire des aliments québécois. Ce répertoire permet aux responsables de l’approvisionnement, aux chefs cuisiniers, aux nutritionnistes des institutions publiques, mais aussi aux distributeurs et concessionnaires de services alimentaires, d’identifier et de mieux connaître l’offre de produits alimentaires québécois.

Les entreprises québécoises sont invitées à s’inscrire au Répertoire des aliments québécois. Pour celles-ci, ce répertoire constitue un moyen d’augmenter la visibilité de leurs produits et de multiplier les occasions d’affaires.​

Ne pas remplir ce champs

Dernière mise à jour : 2021-07-06

Menu de bas de page

Aller au Portail du gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2021