Végétalisation des cours d'eau : Les Lampron et leurs voisins passent à l'action

Vue des arbres et arbustes en bande riveraine le long de la rivière Blanche à Saint-Boniface

Photo : Nicolas Tanguay, direction régionale de la Mauricie, MAPAQ

C’est en 2006 que tout a commencé lorsque M. Yves Lampron a décidé de planter plus de 5 kilomètres de peupliers hybrides le long de la rivière Blanche à Saint-Boniface. Les arbres sont maintenant grands et majestueux. En 2014, la Ferme Y. Lampron & fils, inc. a décidé de poursuivre le travail entamé en 2006. Trois autres producteurs agricoles du chemin Saint-Onge se sont joints au projet afin de border totalement la rivière Blanche dans leur rang (Ferme Pelzan SENC, Ferme Morin et Fils SENC et Ferme Grandfonds SENC). Ce projet collectif a permis l’implantation supplémentaire de 3,2 kilomètres d’arbres et d’arbustes en bande riveraine. Les entreprises ont bénéficié des avantages d’un projet collectif, soit une bonification de 20 % des aides financières du programme Prime-Vert et du programme services-conseils en agroenvironnement du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ).

Le choix des végétaux

Le choix des végétaux s’est avéré une étape importante pour les producteurs du chemin Saint-Onge. Ils voulaient conserver la vue sur les collines et avoir de la diversité. D’un côté de la rivière, des chênes, des sureaux, des rosiers et des mélèzes ont été plantés. De l’autre côté, on retrouve encore du chêne et du mélèze, mais les arbustes sont de l’amélanchier et de l’aronia. Mentionnons que Murielle Bournival, agronome pour le Club agroenvironnemental du CDA, a été l’instigatrice du projet. Le Syndicat des producteurs de bois de la Mauricie (SPBM) a joué un rôle important pour le choix des végétaux, la plantation et le déroulage du paillis plastique. Quant aux producteurs agricoles, ils ont procédé au travail du sol, une étape très importante afin que le déroulage du plastique se passe bien.

L’importance et le rôle de la végétation en bordure des cours d’eau

Les cours d’eau sont en quelque sorte le système sanguin de nos terres agricoles. La végétation crée de l’ombrage qui réduit le réchauffement de l’eau et aide à maintenir sa teneur en oxygène, indispensable aux poissons et à plusieurs autres organismes aquatiques. Les herbacées, les arbustes et les arbres agissent comme un filtre, absorbant des éléments nutritifs lessivés et retenant des particules de sol. L’enchevêtrement de racines contribue également à stabiliser et retenir le sol de la berge. La présence d’arbustes et d’arbres établit également une limite physique entre le cours d’eau et le champ, éloignant la circulation de la machinerie et empêchant ainsi les intrants d’atteindre l’eau.

Une bande riveraine suffisamment large et composée d’espèces diversifiées et de strates de différents niveaux (herbacées, arbustes et arbres) est aussi favorable à une multitude d’organismes vivants. Elle est souvent source de nourriture et sert d’habitat et de refuge à plusieurs organismes utiles en agriculture (pollinisateurs, insectes auxiliaires, oiseaux, etc.). L’existence d’arbustes et d’arbres en bordure des cours d’eau peut également réduire la présence d’animaux et de végétaux nuisibles (ex. : rats musqués, certaines plantes exotiques, etc.). Elle peut aussi comporter d’autres rôles et bénéfices tels que la séquestration du carbone, la réduction de l’érosion éolienne et des risques de dérive des pesticides chez les entreprises en régie conventionnelle.

La journée INPACQ à la ferme 2016, une occasion d’en savoir plus

Le 22 juillet prochain, la Ferme Y. Lampron & fils, inc. de Saint-Boniface sera l’hôte de la journée INPACQ à la ferme, une activité qui porte sur l’innovation et le progrès dans le secteur agricole. Lors de cette journée particulière, une station d’information sur le site des bandes riveraines sera érigée. Des conseillers du MAPAQ seront sur place pour présenter cet aménagement aux visiteurs et répondre à toutes les questions.

Pour obtenir de l’information sur le programme d’aide en agroenvironnement Prime-Vert, vous pourrez également visiter le kiosque Prime-Vert animé par des répondants du MAPAQ.

 

Hélène Bernard
Ingénieure, conseillère en agroenvironnement
Direction régionale de la Mauricie

Pierre Chouinard
Agronome, conseiller en agroenvironnement
Direction régionale du Centre-du-Québec

Date de diffusion : 4 juillet 2016

 
Ne pas remplir ce champs

Dernière mise à jour : 2016-07-08

Menu de bas de page

Aller au Portail du gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2022