La biodiversité, une alliée à protéger

La réalisation d’aménagements et l’adoption de pratiques favorables à la biodiversité peuvent s’avérer plus rentables que vous ne le pensez. En effet, plusieurs organismes vivant en milieu agricole fournissent différents biens et services, favorisent la productivité des cultures et des élevages et contribuent à la qualité de vie. Vous avez probablement des questions comme : « C’est bien beau, mais qu’est-ce que je peux faire exactement sur ma ferme? Qui peut m’aider? Y a-t-il des aides financières? »

Goglu des prés perché dans de hauts herbages
© Photo : Société de Conservation, d’Interprétation et de Recherche de Berthier et ses Îles

Des aménagements pour créer, connecter et protéger les habitats

L’ajout de zones tampons permet de protéger les milieux naturels sensibles (ex. : marécages, milieux humides, etc.). Les bandes riveraines composées d’arbres, arbustes et herbacées, ainsi que la plantation de haies et d’îlots boisés améliorent la disponibilité des ressources et des habitats. Ils favorisent aussi la connectivité des milieux et le déplacement de plusieurs espèces. Ces aménagements tels que les bandes florales profitent de plus aux pollinisateurs et aux prédateurs des ravageurs. La conception de certains ouvrages de conservation (ex. : bassins de sédimentation et de rétention d’eau) peut par ailleurs intégrer des éléments favorables à la biodiversité.

De bonnes pratiques et des effets bénéfiques multiples

La plupart des pratiques visant la santé des sols et la protection de l’eau, notamment le travail réduit du sol, les engrais verts et les rotations diversifiées favorisent également la biodiversité. Les sols en bonne santé regorgent d’organismes utiles (algues, bactéries, champignons, insectes, protozoaires, vers de terre, etc.). Les perturbations telles que le travail de sol, les fauches, les récoltes et le pâturage peuvent avoir un impact sur les habitats et les ressources. La modification de certaines pratiques peut également s’avérer bénéfique. À titre d’exemple, dans les prairies, le rehaussement de la hauteur de fauche ou le maintien de refuges non fauchés aide à préserver l’habitat des oiseaux champêtres et à favoriser leur reproduction.

Du support et des aides financières

Les conseillers du MAPAQ et du réseau Agriconseils peuvent vous aider à orienter et réaliser vos actions. Ils vous inviteront dans un premier temps à déposer un plan d’accompagnement agroenvironnemental (PAA) mis à jour. Réalisé en collaboration avec un conseiller, ce document permet de bien évaluer la situation agroenvironnementale de votre entreprise et d’identifier différentes actions qui permettront d’améliorer certains aspects, notamment ceux touchant la biodiversité. Une aide financière couvrant 90 % du coût de réalisation du PAA est disponible auprès du réseau Agriconseils.

Le programme Prime-Vert du MAPAQ offre de l’aide financière pour réaliser différents aménagements (zones tampons, bandes riveraines, haies et îlots boisés, bandes florales, etc.). Les coûts admissibles comprennent les honoraires professionnels de conception du projet ainsi que les matériaux et la main d’oeuvre requis. L’aide couvre 70 % de ces frais et peut être bonifiée à 90 % si votre entreprise participe à un projet collectif (ex. : bassin versant prioritaire).

Les conseillers du réseau Agriconseils peuvent vous supporter tant au niveau des aménagements que des pratiques culturales (engrais verts, travail de sol, rotation, etc.). Le programme services-conseils couvre 70 % du coût des honoraires professionnels liés aux services d’accompagnement et de suivi admissibles. Le taux est aussi bonifié à 90 % si votre entreprise participe à un projet collectif.

Pour en savoir plus :

 

Pierre Chouinard, agronome
Conseiller en agroenvironnement

Date de diffusion : 2015-05-14

 
Ne pas remplir ce champs

Dernière mise à jour : 2015-08-19

Menu de bas de page

Aller au Portail du gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2022