Bande riveraine élargie : un petit pas sur la largeur, un grand pas pour vos champs et vos cours d’eau

Le respect d’une bande riveraine minimale de 3 mètres de largeur à partir de la ligne des hautes eaux est un premier pas pour réduire l’impact des activités agricoles sur les cours d’eau. L’aménagement optimal de la végétation de la bande riveraine et son élargissement de quelques mètres augmentent son efficacité et offrent plusieurs autres bénéfices. Ce petit pas supplémentaire peut ainsi faire toute une différence. De l’aide financière et de l’assistance technique sont même disponibles!

Bande riveraine végétative avec une plantation de haie brise-vent composée de deux rangées d’arbres
© Photo : UPA, Montérégie

Élargir pour planter des arbustes et des arbres

L’aménagement d’une bande riveraine élargie, au-delà de la largeur minimale de 3 mètres, permet de capter davantage de sédiments avant qu’ils n’atteignent le cours d’eau tout en consolidant le talus. Une quantité moindre de sédiments dans les cours d’eau engendre également des économies d’entretien de ceux-ci et vous donne l’assurance de sorties de drainage performantes.

Pour une meilleure efficacité, il est préférable qu’une bande riveraine élargie soit composée en proportions égales d’un tiers d’herbacées, d’arbustes et d’arbres (Jobin et al, 2004). Voici d’ailleurs quelques-uns des facteurs qui militent en faveur de l’utilisation d’arbres et d’arbustes :

  • Les bandes riveraines constituées de végétaux ligneux offrent un meilleur effet que les bandes riveraines herbacées sur la qualité de l’eau et la stabilisation des berges, en plus de limiter l’abondance de rats musqués, ainsi que leur déprédation (Bourget, MRN-secteur Faune 2006).
  • Les bandes herbacées n’ont pas d’effet sur la baisse de la température des cours d’eau contrairement aux bandes arbustives ou arborescentes (UQCN, 2002).
  • Le système racinaire profond des végétaux arborescents et arbustifs favorise davantage la rétention des sols et une meilleure protection contre l’érosion (DEMAA, 2007).

La ligne des hautes eaux (LHE) constitue le point de référence pour mesurer la largeur minimale prescrite par les règlements municipaux, intégrant la Politique de protection des rives, du littoral et des plaines inondables. Il s’agit en fait de la ligne de démarcation du changement de végétation à prédominance aquatique pour une végétation à prédominance terrestre. Le respect d’une largeur minimale de 3 mètres à partir de la LHE est applicable à la plupart des cours d’eau en milieu agricole au Québec. La réglementation exige parfois le respect d’une largeur supérieure pour certains cours d’eau.

Distances d'implantation minimales d'une bande riveraine élargie pour être admissible au programme Prime-Vert

Figure 1 : Distances d’implantation minimales d’une bande riveraine élargie pour être admissible au programme Prime-Vert

 

Travaux admissibles au programme Prime-Vert

Les travaux d’aménagement de bandes riveraines élargies ayant une largeur minimale de 5 mètres à partir de la LHE sont admissibles au programme Prime-Vert (Figure 1). Les frais liés à l’aménagement de la section située au-delà des 3 mètres réglementaires, incluant la plantation d’arbustes jusqu’à 2 mètres de la LHE, peuvent ainsi, aux conditions applicables, être remboursés à hauteur de 70 % pour des projets individuels et de 90 % pour les projets en approche collective.

Différents modèles d’implantation sont possibles, mais pour être admissible au programme Prime-Vert, la bande élargie doit être minimalement composée d’une rangée d’arbres ou d’arbustes. Les arbustes naturellement présents en bordure du cours d’eau peuvent également suffire si leur densité est jugée suffisante par le conseiller du MAPAQ. La plantation d’arbres ou d’arbustes fruitiers indigènes pour la production et la vente de fruits peut par ailleurs être admissible, si la densité en essences fruitières n’excède pas 50 %. Notez toutefois qu’à l’exception de l’année d’implantation, aucun intrant (fertilisants, pesticides et herbicides) ne doit être appliqué dans la zone d’implantation de la bande riveraine élargie.

Pour en savoir plus :

 

Michel Cartier, technicien agricole
Conseiller en agroenvironnement

Date de diffusion : 2015-05-14

 
Ne pas remplir ce champs

Dernière mise à jour : 2015-05-19

Menu de bas de page

Aller au Portail du gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2020