Traitement des fumiers

Le traitement des fumiers à la ferme a pour principal objectif de solutionner une problématique de surplus de matières fertilisantes. Le procédé de traitement permet alors de concentrer les matières fertilisantes pour en faciliter « l'exportation » hors de la ferme. Les résidus solides peuvent être :

  • soit utilisés en zones « non en surplus »
  • soit acheminés vers un centre de traitement pour lui donner une valeur ajoutée (compost ou engrais organique granulaire)

Technologies de traitement

Les différentes technologies de traitement peuvent être classées en 5 catégories :
  • le compostage : processus biologique aérobie assurant la décomposition des matières organiques en compost, un produit stable :
    • riche en humus
    • exempt de mauvaises odeurs
    • exempt de germes pathogènes

Le compostage est, tout simplement, une imitation accélérée et améliorée des mécanismes naturels de décomposition.

  • la séparation solide-liquide : extraction des particules solides de façon :
    • mécanique (décanteur, filtre ou tamis, presse à vis ou centrifugeur, ultra filtration, osmose)
    • chimique (ajout de coagulants ou floculants)
    • électrochimique
  • le traitement biologique aérobie : développement, en présence d'oxygène, de bactéries qui transforment les matières organiques en biomasse
  • le traitement biologique anaérobie : développement, en absence d'oxygène, de bactéries qui dégradent les matières organiques en un gaz combustible (biogaz constitué pour l'essentiel de méthane valorisable sous forme de chaleur ou d'électricité), ainsi qu'en un digestat résiduel
  • le séchage thermique : opération faisant appel à la chaleur pour évaporer l'eau contenue dans le fumier

Selon la technologie retenue, traiter le fumier permet :

  • pour l'éleveur
    • d'y détruire les graines de mauvaises herbes éventuellement présentes, par le compostage et le traitement en aérobie ou en anaérobie
    • de réduire les besoins en surfaces d'épandage, par la séparation solide-liquide
    • de supprimer les pointes de travail à l'épandage, par le traitement complet des fumiers
  • pour l'environnement
    • d'atténuer ou d'enrayer les mauvaises odeurs par le compostage et le traitement aérobie ou anaérobie
    • de maîtriser les excédents de fertilisants ou d'éviter la surfertilisation des terres par « exportation » de coproduits solides (produits dérivés issus du fumier initial) facilement et économiquement transportables par la séparation solide-liquide
    • d'hygiéniser les coproduits et de les réintroduire dans le milieu naturel avec des risques sanitaires amoindris par le compostage et le traitement aérobie ou anaérobie

Installations de traitement

Les installations de traitement combinent souvent plusieurs techniques ou technologies, dépendamment du but recherché :

  • désodorisation
  • stabilisation
  • déshydratation
  • hygiénisation des coproduits (solides ou liquides) dérivés du fumier initiale

Certaines installations ont avantage à être réalisées collectivement en raison de leurs frais élevés d'aménagement ou de leur non-capacité ou non-rentabilité à prendre en charge de faibles quantités de fumier.

En savoir plus

Consulter le site Agri-Réseau pour des articles scientifiques ou techniques, notamment dans la section consacrée au traitement des fumiers.

 
Ne pas remplir ce champs

Dernière mise à jour : 2016-07-18

Menu de bas de page

Aller au Portail du gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017