Prix des aliments

Les prix en général ont fortement augmenté depuis l’année 2021. Au Québec, l’augmentation annuelle des prix des aliments et des boissons non alcoolisées a atteint 9,2 % en 2022 par rapport à 2021. Il faut remonter à 1981 pour observer une hausse annuelle aussi robuste. L’inflation a touché toutes les catégories de produits alimentaires vendus aux consommateurs, mais surtout les graisses et les huiles comestibles grasses (+ 27,2 %), les légumes en conserve et les préparations à base de légumes (+ 12,8 %), les produits de boulangerie et céréaliers (+ 11,7 %), les boissons non alcoolisées (+ 11,2 %), les fruits en conserve et les préparations à base de fruits (+ 10,5 %), le café et le thé (+ 10,6 %) de même que les fruits frais (+ 10,4 %). En revanche, le prix de la viande de porc a peu progressé (+ 3,3 ​%) comparativement à celui des autres aliments.
 
Dans les détaillants en alimentation, de 2021 à 2022, le coût du panier d’épicerie s’est relevé de 9,6 % en ce qui concerne les aliments et les boissons non alcoolisées ainsi que de 4,2 % pour les boissons alcoolisées. Le consommateur a eu l’impression de faire face à une montée fulgurante des prix de mois en mois. Les sorties au restaurant ont également coûté plus cher. Les prix des aliments et des boissons alcoolisées achetés au restaurant ont augmenté respectivement de 8,3 % et de 5,4 % par rapport à l’année 2021.
 
L’inflation au Québec découle de la conjoncture mondiale. La situation postpandémie a été marquée par des soubresauts climatiques qui ont perturbé la production agricole mondiale, une demande plus forte que l’offre sur les marchés, des coûts de transport élevés, une rareté de main-d’œuvre et la hausse conséquente des salaires dans plusieurs secteurs, etc. Parallèlement à ces pressions inflationnistes, le déclenchement de la guerre en Ukraine en 2022 est venu amplifier la progression du coût de l’alimentation en raison d’une poussée des prix mondiaux de l’énergie, des engrais et de denrées de base comme les grains et les oléagineux, aussi utilisés pour l’alimentation animale.
 
Les prix mondiaux élevés se répercutent sur le coût de l’alimentation observé ici. Pour les agriculteurs et les transformateurs québécois, les coûts des intrants utilisés ont atteint des sommets historiques. De plus, pour plusieurs productions, les prix agricoles au Québec sont grandement tributaires de l’évolution des prix de référence internationaux (ex. : bœuf, porc, céréales). Le contexte a donc occasionné des pressions sur les prix, du secteur de la production à l’assiette des consommateurs.​

Variation (%) des prix des aliments au Québec, en 2020, 2021 et 2022


Produits​​​​​
et groupes de produits​​​​​​

2020
%​
2021
%

2022
%
Indice des prix à la consommation (IPC) (ensemble des biens et des services) 0,8  3,8
6,7
​   Aliments et boissons non alcoolisées 
   (magasins et restaurants)
2,5
​​​
2,5​ 9,2
​Aliments achetés au magasin
2,5
1,8​ ​​9,6
​Bœuf ​frais ou surgelé
8,3
2,2
8,2
Porc frais ou surgelé
7,8
2,6
3,3
​Volaille fraîche ou surgelée
 3,1​
5,2
8,7
​​​​Viande transformée​​
​6,4
3,5​​
9,5​
Poissons, fruits de mer et autres produits de la mer
 3,8
0,7
7,1
Produits laitiers
1,2
2,3
7,8
Oeufs
6,9
3,8
8,4
Produits de boulangerie et céréaliers
1,7
1,2
11,7
​​​​Fruits frais
1,2
3,7
10,4
​​​Fruits en conserve et préparations à base de fruits
​2,0
3,2​
​10,5
Légumes frais
1,3
-5,3
7,7
​​Légumes en conserve et préparations à base de légumes
3,4
​2,5
​12,8
Sucre et confiseries
 -0,8
2,3
5,8
Graisses et huiles
 -1,9
11,0​27,2
​Café et thé
1,5
0,3
10,6
​​Boissons non alcoolisées
3,3
2,8
​11,2
​Aliments achetés au restaurant
 2,6
4,0
8,3
    Boissons alcoolisées
    (magasins et restaurants)​
1,1​
2,5
4,3
Boissons alcoolisées servies dans un établissement avec permis d'alcool
​3,3
3,1​​
​5,4
​​Boissons alcoolisées achetées au magasin
0,5​ ​​2,4
4,2
Source ​: Statistique Canada; compilations du MAPAQ.

Statistiques

Publications

 
Ne pas remplir ce champs

Dernière mise à jour : 2021-12-10

Menu de bas de page

Aller au Portail du gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2024