Caractérisation et identification d’un aliment potentiellement dangereux

​​Plusieurs facteurs influencent la croissance des microorganismes dans les aliments :

1. la température de conservation

2. la structure (ex. : coquille des noix)

3. la présence d’oxygène (emballage sous vide ou non)

4. la présence d’agents inhibiteurs de la croissance microbienne (ex. : agent listéricide)

5. la présence d’une flore microbienne compétitrice (ex. : aliments fermentés)

6. l’eau que contient l’aliment

Pour croître, les microorganismes ont besoin d’eau. L’eau qui est contenue dans un aliment permet aux bactéries de proliférer. La quantité d’eau libre dans un aliment est exprimée par la valeur de l’activité de l’eau (aw).

  • Si l’on réduit l’aw dans un aliment, on le rend moins favorable à la survie et à la croissance des microorganismes.
  • On peut réduire l’aw d’un aliment par l’évaporation de l’eau, donc en le séchant ou en le déshydratant, par l’ajout de sucre ou de sel qui retiennent les molécules d’eau, et par la congélation (l’eau libre se change en glace et n’est plus disponible pour les microorganismes).

7. le pH de l’aliment

Le pH affecte aussi la capacité des microorganismes à se multiplier ou à survivre dans les aliments. En général, les bactéries pathogènes tolèrent moins bien l’acidité que les levures et les moisissures.

Analyse

Afin de savoir si un aliment est un aliment potentiellement dangereux (APD) ou non potentiellement dangereux (APND), la première étape est de l’analyser pour déterminer son pH et son aw.

La croissance des bactéries pathogènes est généralement limitée par l’un de ces deux facteurs ou par leur combinaison. Le choix du ou des paramètres à analyser est effectué selon la nature de l’aliment.

Consultez les documents indiquant les valeurs approximatives de pH et d’aw. Ces valeurs sont toutefois présentées à titre indicatif et ne remplacent pas les analyses.

Contrôle

La croissance des cellules végétatives des bactéries pathogènes est contrôlée lorsqu’un aliment est :

En effet, ces cellules ont été éliminées lors du traitement thermique et ne peuvent être réintroduites par la suite. Dans ce cas, la barrière de pH ou d’aw permet de contrôler les spores bactériennes qui ne sont pas détruites par la cuisson ou la pasteurisation.

Paramètres pour le contrôle des spores1
(traitement thermique ET aliment protégé de la contamination)

 Valeurs critiques d’aw  Valeurs critiques de pH    
 ≤ 4,6  > 4,6 à 5,6  > 5,6
  ≤ 0,92  ANPD  ANPD  ANPD
 > 0,92 à 0,95  ANPD  ANPD ?*
> 0,95 ANPD ?* ?*
Adapté du Food Code 2017, U.S. Food and Drug Administration

1 Lorsqu’un seul paramètre est connu, les valeurs critiques sont ≤ 4,6 (pH) et ≤ 0,92 (aw).
* Une caractérisation additionnelle est requise pour déterminer si l’aliment est un APD ou non. D’autres paramètres que le pH et l’aw pourront alors être considérés au moment d’une évaluation plus exhaustive (composition du produit, présence d’agents de conservation ou d’inhibiteurs de la croissance bactérienne, procédé de transformation, réalisation d’études de défi, etc.).

Lorsqu’un aliment ne subit pas de traitement thermique ou qu’il en subit un, mais sans être protégé de la contamination, les cellules végétatives des bactéries pathogènes ne sont pas contrôlées. Ainsi, la barrière de pH ou d’aw sert à contrôler les spores, mais aussi les cellules végétatives.

Paramètres pour le contrôle des spores ET des cellules végétatives1
(pas de traitement thermique OU aliment non protégé de la contamination)

 Valeurs critiques d’aw
 Valeurs critiques de pH      
< 4,2 ≥ 4,2 à 4,6  > 4,6 à 5,0 > 5,0
 < 0,88  ANPD  ANPD  ANPD  ANPD
 ≥ 0,88 à 0,90  ANPD  ANPD  ANPD  ?*
 > 0,90 à 0,92  ANPD ANPD ?* ?*
 > 0,92 ANPD ?* ?* ?*
Adapté du Food Code 2017, U.S. Food and Drug Administration

1 Lorsqu’un seul paramètre est connu, les valeurs critiques sont < 4,2 (pH) et < 0,88 (aw).
* Une caractérisation additionnelle est requise pour déterminer si l’aliment est un APD ou non. D’autres paramètres que le pH et l’aw  pourront alors être considérés au moment d’une évaluation plus exhaustive (composition du produit, présence d’agents de conservation ou d’inhibiteurs de la croissance bactérienne, procédé de transformation, réalisation d’études de défi, etc.).

Caractéristiques des aliments (APD et ANPD)

En général, pour qu’un aliment soit considéré comme non potentiellement dangereux, des analyses de laboratoire doivent démontrer qu’il ne permet pas la croissance de bactéries pathogènes. L’absence de croissance peut être attribuable à une barrière ou à une combinaison de barrières restrictives telles que le pH, l’activité de l’eau, le pourcentage de sel, l’ajout d’un agent de conservation, etc.

Consultez la Liste des aliments APD et ANPD en fonction de leurs caractéristiques (PDF, 84 ko).

Cette liste non exhaustive permet de déterminer si un aliment peut être conservé de façon sécuritaire à la température ambiante. Les aliments ont été classés en fonction de leurs caractéristiques intrinsèques habituelles. En cas de doute, des résultats d’analyses de laboratoire prévalent.

Responsabilité des fabricants

Les fabricants sont responsables de démontrer que leurs aliments limitent la croissance des microorganismes pathogènes à la température de conservation et pour la durée de conservation établies.

En l’absence d’une expertise scientifique appuyée par des analyses effectuées dans un laboratoire agréé qui démontrent que l’aliment ne permet effectivement pas la croissance de microorganismes pathogènes, ce dernier est considéré comme un APD.

 
Ne pas remplir ce champs

Dernière mise à jour : 2018-10-25

Menu de bas de page

Aller au Portail du gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2021